Cécile Obligi, historienne et conservatrice à la BNF, s’attaque au cliché tenace d’un Robespierre despote et « bourreau de la Vendée ».