Devenir auxiliaire de vie : métier, formation, salaire

Les auxiliaires de vie, aussi appelés aides à domicile, assistent les personnes dans le besoin et favorisent le maintien de leur autonomie. Ce métier du secteur social apporte un soutien quotidien aux personnes âgées, handicapées ou non indépendantes. Métier, formation, salaire, découvrez le métier d’auxiliaire de vie.

Le métier

Avant de voir comment se former pour devenir auxiliaire de vie sociale (AVS), voyons ensemble les différents aspects de ce métier. La mission principale de l’auxiliaire de vie sera de veiller à l’autonomie et d’aider des personnes âgées, dépendantes ou en situation de handicap. L’auxiliaire de vie devra assister la personne dans les tâches de la vie quotidienne.

  • Les tâches domestiques : l’auxiliaire de vie pourra préparer les repas, faire les courses, faire le ménage, etc.
  • Les soins d’hygiène : l’auxiliaire de vie sera également chargé de l’aide à la toilette, l’aide aux changes, etc. L’AVS ne s’occupe pas des soins infirmiers.
  • L’aide à la mobilité et au déplacement : l’auxiliaire de vie se charge d’accompagner la personne lors de ses déplacements, lors des promenades ou encore pour prendre les transports.

L’auxiliaire de vie sociale doit avant tout accompagner la personne et lui apporter un soutien moral pour maintenir son état de santé et d’éviter l’aggravation, voire la perte de son autonomie. L’AVS devra aussi assurer à la personne une vie sociale et relationnelle afin d’éviter son isolement.

Différentes compétences sont requises pour travailler dans ce secteur. Afin de communiquer et de soutenir les personnes faisant appel à l’auxiliaire de vie, il est primordial de montrer des qualités humaines et relationnelles. Il faut faire preuve d’empathie, mais aussi d’une grande patience, car la bienveillance apportée à la personne aidée permettra de créer un lien de confiance. Le métier demande également d’avoir une grande résistance physique et psychologique pour soutenir au mieux la personne.

Les lieux d’exercices du métier sont multiples. L’auxiliaire de vie peut travailler dans le milieu intra-hospitalier ou extra-hospitalier (maison de retraite, EHPAD, etc.). L’auxiliaire peut également exercer au sein d’un Centre Communal d’Actions Sociales (CCAS) ou au sein d’une association d’aide à domicile et être sollicité dans une résidence senior.

Devenir auxiliaire de vie : la formation

Même s’il est possible de rentrer dans le métier sans formation, le diplôme de référence est le Diplôme d’Etat d’Accompagnant Éducatif et Social (DEAES) spécialisé dans l’accompagnement de la vie à domicile. Ouvert à tous les candidats de plus de 18 ans, ce diplôme vient remplacer et fusionner les anciens DEAVS (Diplôme d’État d’Auxiliaire de Vie Sociale) et DEAMP (Diplôme d’État d’Aide Médico-Psychologique) en créant un diplôme pour une profession qui n’était, jusque là, que très peu encadrée.

Il est également possible de faire valoir son expérience professionnelle afin d’obtenir une certification ou un diplôme reconnu par l’Etat. Pour ce faire, il faudra justifier d’une activité (salariée, bénévole…), d’au moins 3 ans, reliée avec la formation souhaitée. La demande de Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) est gratuite et n’est soumise à aucune condition d’âge ou de niveau d’études.

Pour les élèves sortant de 3ème, il est possible de se former au métier en passant par un CAP, comme le CAP assistant technique en milieux familial et collectif, le CAP petite enfance ou encore le CAP agricole service aux personnes et vente en espace rural. L’accès au métier d’auxiliaire de vie sociale peut se faire également par l’acquisition d’une MC (mention complémentaire) Aide à domicile. La mention complémentaire étant un diplôme national qui livre une qualification spécialisée aux personnes déjà détentrices de l’enseignement professionnel ou technologique (voire général), permet l’exercice du métier d’AVS.

Le salaire

Le salaire de l’auxiliaire de vie sociale varie selon l’ancienneté, le contrat et le secteur d’activité. Les primes et les horaires de travail feront également modifier la somme perçue en fin de mois.

La rémunération de l’AVS est généralement comprise entre 1 500 euros brut (1 170 euros net) et 2 000 euros brut (1 560 euros net) par mois. Son évolution dans le métier ne fera donc que très peu augmenter son salaire. Travailler la nuit, le dimanche et les jours fériés permet aux AVS de gagner davantage.

Dans le secteur public, sa rémunération dépend de son grade et de son échelon. L’auxiliaire peut travailler au maximum jusqu’à 40h par semaine et 12h par nuit. Dans le secteur privé, les employés perçoivent en général un équivalent du premier grade dans le secteur public.

Post Comment

89 + = 91