Comment diminuer l’inflammation par l’alimentation ?

des fruits, légumes et oléagineux

L’inflammation, qu’est-ce que c’est ?

La réaction inflammatoire est une conséquence de l’organisme face à une agression extérieure telle une infection virale, une brûlure ou une blessure. Ce processus naturel issu des cellules du système immunitaire permet au corps de combattre puis éliminer l’agent pathogène, ce qui se traduit par une inflammation cutanée ou sous-cutanée, avec une douleur plus ou moins modérée. Généralement, le processus de l’inflammation se traduit en plusieurs symptômes tels que la rougeur, la douleur localisée et la sensation de chaleur.

Ces actions immunitaires de l’organisme sont sans risque pour la santé tant que leur intervention survient en phase aigüe et de manière ponctuelle et mesurée. Cependant, dans certains cas, l’inflammation perdure et s’installe progressivement dans la vie des patients : c’est la maladie inflammatoire.
Dans ce cas présent, il est indispensable de consulter un professionnel de la santé afin d’obtenir un diagnostic médical précis de la maladie : polyarthrite rhumatoïde, maladie de Crohn, psoriasis, BPCO, etc.

Comment soigner les maladies inflammatoires ?

De nos jours, il semblerait qu’aucun traitement médical ne possède de propriétés curatives à l’égard des maladies inflammatoires. Cependant, les professionnels de la santé peuvent proposer des conseils et solutions qui atténuent les symptômes liés à l’inflammation du corps tels que la douleur, le stress ou les troubles du sommeil, afin de garantir une vie plus sereine à leurs patients.

Les traitements médicamenteux

Les anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) ainsi que les corticostéroïdes permettent de réduire le processus inflammatoire et la douleur générée par son action sur l’organisme. Utilisés dans le cadre d’un suivi médical régulier, ces médicaments ne sont pas sans risques pour la santé lorsqu’ils sont pris sur le long cours :

  • dégénérescence rénale,
  • hypertension artérielle,
  • ostéoporose,
  • troubles digestifs,
  • atteinte cardiaque,
  • etc.

Ils ne représentent qu’une solution à court terme de par la liste de leurs effets secondaires qui constituent un risque avéré pour l’équilibre de l’organisme.

Les compléments alimentaires

Conseillés dès le plus jeune âge notamment dans le cadre d’une nutrition déséquilibrée, les compléments alimentaires peuvent être utiles pour diminuer les ressentis de l’inflammation. C’est le cas par exemple de l’harpagophytum, de l’huile de poisson et du curcumine qui contiennent des ingrédients dont la composition stimule les défenses immunitaires dont les cellules tueuses, les lymphocytes NK.

L’alimentation

Fuir les produits transformés !

On ne le dira jamais assez, mais d’un point de vue santé, il est nécessaire de limiter voire oublier les produits transformés qui produisent des réactions inflammatoires internes malgré leur goût apprécié de tous. Ce type d’aliments riches en acides, graisses saturées, sucre et dont le score nutrition est inexistant provoquent hyperglycémie, prise de poids et inflammation à gogo !

Oublier les produits pro-inflammatoires : on met sous clé les produits laitiers, ceux à base de gluten, le sucre, l’alcool et tous les aliments qui acidifient le corps comme la viande rouge et les sodas.

Accueillir légumes et fruits

Riches en fibres, les fruits et légumes présentent des composés antioxydants et anti-inflammatoires qui apaisent l’inflammation chronique. Côté fruits, l’ananas frais contient de la broméline, antioxydant et anti-inflammatoire naturel ; les fruits rouges et la papaye soulagent l’inflammation et possèdent des vertus antioxydantes.
Côté légumes, les épinards sont des aliments dits « alcalins ». Ils aident le corps à maintenir un équilibre acide/base correct.

Se tourner vers les oléagineux

Bienvenue aux noix, noisettes et autres fruits à coques dont la consommation apporte de nombreux bienfaits. Riches en Oméga, ils participent à la réduction de l’inflammation grâce à leur rôle d’antioxydants.
Consommer des noix et graines à tous les repas, c’est s’offrir une protection contre les maladies cardio-vasculaires et l’inflammation !

Assaisonner avec de l’huile

De la famille des polyphénols et avec un indice glycémique à 0, l’huile végétale (olive, lin,…) riche en Oméga possède des propriétés anti-inflammatoires intéressantes. Elle peut éviter de consommer du beurre ou d’autres aliments transformés, néfastes dans le cadre d’une inflammation du système immunitaire.

Et des épices !

Curcuma, ail, oignon, gingembre et poivre sont des aliments anti-inflammatoires qui protègent le corps du stress oxydatif. Idéals pour agrémenter les repas, ils agissent également sur l’apport glycémique et permettent de varier les goûts et les odeurs !