Immobilier : est ce le moment d’acheter dans les Hauts-de-Seine ?

Les Hauts-de-Seine, département limitrophe de Paris, demeure un des plus attractifs du marché immobilier français. C’est l’un des territoires les plus dynamiques de France, avec ces quartiers d’affaires de la Défense et du Val d’Issy, des pôles d’attractivité majeurs pour toute l’Île de France. Avec un réseau de transport facilitant les déplacements vers la capitale, de plus en plus de Parisien quittent leur berceau pour rejoindre la petite couronne. Dans cet article, nous allons tenter de répondre à la question suivante : est-ce le moment d’acheter un bien immobilier dans les Hauts-de-Seine ?

Prix de l’immobilier dans les Hauts-de-Seine

Si l’on compare le nombre de transactions immobilières conclues en 2019 et en 2020, on constate une baisse significative : 27 422 contre 15 398. En revanche, certaines villes du département, comme Asnières-sur-Seine, ont enregistré plus de transactions en 2020, cette dernière ayant fini l’année à la troisième place du classement des villes les plus attractives du marché immobilier.

On note sur les douze derniers mois, une augmentation moyenne de 6,5% des prix de l’immobilier dans les Hauts-de-Seine. La hausse des prix est un signe d’une attractivité croissante, même si elle rend l’accès au marché plus difficile. Une agence immobilière à Neuilly nous éclaire sur ce point. La hausse des prix actuels dans le département des Hauts-de-Seine est directement liée aux convoitises des acquéreurs d’obtenir un logement à la hauteur de leurs attentes, revues à la hausse depuis le début de la pandémie. Cette dynamique s’explique par le fait que la résidence principale devient un lieu où l’on passe bien plus de temps qu’avant, devenant le seul luxe matériel justifiant d’importantes dépenses.

Ainsi, certaines villes ont connu des hausses significatives :

  • Sceaux (92330) : +13 % pour atteindre 7 966 €/m².
  • Bois-Colombes (92270) : +12% pour atteindre 7 168 €/m².
  • Villeneuve-la-Garenne (92390) : +9% pour atteindre 4 278 €/m².
  • Colombes (92700) : +7% pour atteindre 5 639 €/m².
  • Asnières-sur-Seine (92600) : +7% pour atteindre 7 199 €/m².

D’autres, ont connu des baisses plus ou moins négligeables. Les deux seules communes à avoir connu une baisse significative de leurs prix au m² sont Issy-les-Moulineaux (92130) et Sèvres (92310), -5% et -4% respectivement. Il faut souligner qu’Issy-les-Moulineaux affichait un prix au mètre carré particulièrement élevé et qui, malgré une diminution de 5%, continue d’être bien au-dessus du prix médian (9 564 €/m²).

Dynamique du département

Dans les communes rurales, les prix montent. À Paris, les prix baissent. Ce simple constat est assez démonstrateur de la redistribution du marché immobilier depuis le début de la pandémie. L’attractivité du département Hauts-de-Seine s’explique assez facilement. Les villes comme Neuilly-sur-Seine ou Boulogne-Billancourt ont le vent en poupe. Cette dernière figure d’ailleurs en première place du classement des nouveaux achats immobiliers, avec un montant moyen de prêt s’élevant à 752 791€. Même la recherche d’un logement étudiant dans les Hauts-de-Seine pour un parisien est une idée intéressante.

Que vous souhaitiez en faire votre résidence principale ou un investissement locatif, acheter un bien immobilier dans le département ne semble pas être une mauvaise idée. Si les prix moyens des loyers n’ont pas augmenté suffisamment en réponse à la hausse du prix au m², l’attractivité croissante des Hauts-de-Seine peut assez probablement changer la donne dans les mois et les années qui suivent.

Post Comment

+ 49 = 59