La vente d’entreprise

L’entreprise est une unité économique qui, en combinant divers facteurs de production, produits pour la vente ou distribution des biens et des services conformément à des objectifs définit par une direction personnelle ou collégiale. C’est une entité complexe à tel point qu’il faut se conformer à des règles préétablies pour sa vente. La vente d’une entreprise doit être établie par un acte engendrant le transfert des actifs de l’un ou de plusieurs propriétaires à un ou plusieurs repreneurs. La vente d’entreprise concerne aussi bien les entreprises du secteur public que ceux du secteur privé jusqu’aux petites et moyennes entreprises. Deux étapes sont nécessaires pour une vente réussie d’une entreprise. La réalisation d’un diagnostic et l’évaluation du prix de cession puis la communication interne et externe sur la vente de l’entreprise. Lisez cet article afin de mieux comprendre.

DIAGNOSTIC ET ÉVALUATION DU PRIX DE CESSION DE L’ENTREPRISE

Cette première étape préalable à la vente d’entreprise se décline en plusieurs sous-étapes.

La réalisation d’un diagnostic

Préalablement à la mise en vente de l’entreprise, il est conseillé de réaliser un diagnostic complet sur la situation de celle-ci. Il doit faire un état des lieux sur la partie production, la partie commerciale, la partie administrative, la partie fiscale ainsi que la partie de gestion des ressources humaines de l’entreprise.

  • L’état des ressources humaines

Il s’agit de présenter visuellement l’organisation humaine de l’entreprise. Les informations doivent être fournies pour chaque membre de l’entreprise (employés et actionnaires).

  • L’état du local et des équipements

L’acheteur va porter une particulière attention aux locaux de l’entreprise. Les difficultés pouvant apparaître dans le cas de l’existence d’un bien meuble ou immeuble appartenant à une personne publique. La législation sur la domanialité publique réduit la possibilité de vente des biens qui appartient aux personnes publiques, selon qu’ils se trouvent dans leur domaine public ou privé. Si l’entreprise appartient à une personne privée, une indication sur l’état et la disposition des locaux est nécessaire. S’ils existent des contrats de bail, ils doivent apparaître dans les détails. Enfin une liste des équipements de l’entreprise doit apparaître au côté de l’outil de production. Une indication sur les éventuels investissements à prévoir à court et à long terme doit être faite.

  • L’état financier et fiscal

Le chiffre d’affaires de l’entreprise doit apparaître au côté des différentes activités économiques de l’entreprise. Sur le plan fiscal, il faut une précision sur les régimes fiscaux de l’entreprise.

  • L’état administratif et du système d’information

C’est l’organisation administrative de l’entreprise qui doit ressortir à ce niveau (état de facturation client, établissement d’un devis, des bons de commande, des bons de livraison, comment sont classés et archiver les documents et les fichiers informatiques, état global de la comptabilité).

L’évaluation du prix

La valorisation de l’entreprise contient beaucoup de méthodes destinées à l’évaluation du prix de cession de ladite entreprise. L’évaluation peut être faite au travers des méthodes suivantes.

  • Évaluation autour du chiffre d’affaires annuel

Le pourcentage sectoriel applicable au chiffre d’affaires annuel hors taxe, peut être utilisé pour l’évaluation du chiffre d’affaires. C’est de manière statistique que ce pourcentage est généralement présenté.

  • Évaluations patrimoniales

Cette méthode est destinée à l’évaluation séparée de chacun des actifs et passifs de l’entreprise pour obtenir un actif net corrigé et réévaluer. Cette stratégie permet de trouver la valeur qui correspond à la société.

  • Évaluations basées sur la rentabilité

Les affaires tournent autour de la rentabilité et donc plus une entreprise est rentable, plus elle sera attractive sur le marché.

COMMUNICATION SUR LA VENTE DE L’ENTREPRISE

La communication sur la vente d’une entreprise doit nécessairement avoir deux volets. Une communication interne destinée aux salariés, ainsi qu’aux actionnaires et aux partenaires contractuels de l’entreprise. Une communication externe établie sous forme d’appel d’offres destinée aux potentiels acheteurs.

La communication interne

Les salariés doivent dans tous les cas être informé du projet de vente de l’entreprise. C’est un préalable qui se trouve être avantageux pour ces derniers. Les salariés doivent être au courant des processus en cours. C’est une réelle opportunité pour les salariés qui s’en trouve capable de se porter acquéreur d’une société qui leur est familière.

La communication extérieure

Les lois sur la concurrence et contre les discriminations exigent de faire des annonces saines, impartiales et non discriminatoires pour les offres. Ces annonces sont destinées au potentiel acquéreur de la société. Plusieurs stratégies plus ou moins confidentielles sont possibles :

  • discussion avec les potentiels concurrents intéressés par votre offre,
  • diffusion de l’information au sein du réseau professionnel,
  • reprendre contact avec les personnes qui ont manifesté leur intérêt par le passé,
  • contacter d’une manière spontanée des entreprises qui peuvent être intéressées par l’offre.

Une fois que le meilleur acheteur se présente, la conclusion d’un contrat de vente doit être établie, dans le respect de la légalité, pour servir et valoir ce que de droit