Le vinaigre blanc : un désherbant naturel pour protéger l’environnement mais pas que!

La préservation de l’environnement : oilà une question qui revient sans cesse dans les bulletins de l’actualité. Ce même sujet nous rattrape dans notre quotidien. Préservé notre planète est un défi qui nous est lancé, un défi auquel chacun est censé répondre à son niveau de décision. Loin des grands cercles de décisions internationaux, nous pouvons répondre à cet appel chacun chez soi à commencer par l’entretien de son cadre de vie immédiat. Or chez nous, lorsque des herbes indésirables poussent à la venue du printemps,  notre façon de les traiter témoigne de notre engagement écologique. En règle générale, les adventices sont éliminés à l’aide de pesticides d’origine chimique. Le glyphosate en ce moment fait débat au sein de notre société. Il est en quelques sortes l’emblème de la nocivité de ces pesticides sur notre biotope. Revenir au bio ! Voilà le thème qui bat campagne dans les média et qui trouve un écho dans nos cœurs. En lieu et place, des désherbants chimiques pour entretenir notre espace domestique, le vinaigre blanc se montre comme une véritable alternative. Produit de nature bio, il vous permet de combattre les adventices sans grand dommage causé à votre sol, pourvu que vous observiez quelques règles. En plus, il relève le défi de ne pas coûter cher du tout. En parcourant les lignes de cet article, vous découvrirez tout au sujet de ce désherbant naturel. Sa composition, ses différentes recettes, son mode d’emploi… Découvrez aussi les limites de son usage et par voie de conséquence, quelques autres recettes écologiques qui lui viennent en appui. Lisez, découvrez.

Le vinaigre blanc: découverte d’un désherbant bio

Le vinaigre blanc est une forme diluée de l’acide acétique : son degré de dilution se situe en général entre 8 et 10%. En milieu domestique, tel que dit à l’entame de cet article, il s’utilise comme désherbant.
Il est en effet un herbicide de contact. Par ce terme, il faut entendre que le vinaigre blanc à une action qui consiste à brûler uniquement les parties de l’herbe avec laquelle il est en contact. Son action est à mettre en opposition avec celle des pesticides chimiques. Ces désherbants systémiques s’infiltrent  dans les tissus des végétaux. Leur action pénètre la sève jusqu’à descendre à la racine des plantes. A terme, ces pesticides systémiques ont une action nocive sur les plantes et l’environnement en général. En revanche, le vinaigre blanc utilisé comme désherbant biologique ne brûle que les parties aériennes des herbes. Son action sur les adventices n’est donc pas radicale. Par exemple, les adventices les plus résistants repoussent après une certaine durée. Chardon, rumex, pissenlit, chiendent, liseron sont entre autres ces herbes indésirables qui se rétablissent à l’âge adulte après l’application du vinaigre blanc comme désherbant. Il faut en gros retenir que son action (celle du vinaigre blanc) sur les plantes est assez douce et ne représente presque pas de danger pour l’environnement si l’usage est fait dans les normes.

Quelques conseils d’usage

S’il est vrai que le vinaigre blanc ne représente pas de grands dangers pour l’environnement, il est cependant conseillé pour certaines surfaces et déconseillé pour d’autres. Vous pouvez pulvériser le mélange sur les terrasses, les allées et autres sols de chez vous qui ne sont pas destinés à la culture. En revanche, il est déconseillé d’appliquer ce désherbant sur les espaces cultivables. Évitez d’employer ce mélange sur les surfaces de votre potager par exemple.

Compte tenu de l’action légère du vinaigre blanc sur les plantes, il est préférable de pulvériser avant la vigueur des adventices. Il est également conseillé d’appliquer régulièrement sur les jeunes plantes. De manière plus pratique, nous vous proposons de faire une première application le matin avant le lever du soleil. L’avantage d’une application matinale est la chaleur du soleil tout au long du jour qui vient en appui au désherbant. C’est cette action du soleil qui a l’avantage de brûler les feuilles qui ont été en contact avec le mélange. Une seconde application s’impose le lendemain. Il vous faudra patienter une semaine durant pour voir les premiers résultats. Dès que vous verrez les feuilles jaunir, n’hésitez pas à arracher les adventices ainsi rattrapées par l’action de votre désherbant bio. Certaines herbes comme les chiendents sont beaucoup plus résistants à l’action de cet herbicide naturel. Pour le traitement de ce type d’herbe, il vous faudra faire des applications régulières jusqu’à obtention du résultat attendu.

Les recettes à connaitre pour mieux utiliser le vinaigre blanc

L’utilisation du vinaigre blanc comme désherbant biologique se fait sur la base de différentes recettes. Il en existe donc plusieurs types. Quoiqu’il en soit, ces différentes recettes obéissent à des caractéristiques partagées. Elles sont soit concentrées, ou diluées. Vous pouvez  retrouver également des recettes mélangées à d’autres produits comme du sel ou même des produits de vaisselle. Nous vous proposons ici quelques-unes de ces recettes.

Vinaigre blanc+ eau

  • Diluer à 50% 1 volume de vinaigre pour 1 volume d’eau
  • Si le résultat n’est pas satisfaisant, doublez le volume de vinaigre
  • Ajouter un produit mouillant comme du savon noir pour accentuer l’adhérence du mélange. Le vinaigre blanc dilué dans de l’eau et ainsi saponifié est moins lessivable et à une action plus efficace sur les feuilles.

Vinaigre blanc+ eau+ gros sel

Voici pour cette recette, les ingrédients dont vous aurez besoin : 1 kg de sel iodé, 200 ml de vinaigre blanc et 5 litres d’eau.

  • Faire bouillir l’eau et le sel dans une casserole.
  • Veuillez à la dissolution du sel
  • Rajouter de l’eau en cas de saturation du sel
  • Diluer le vinaigre dans la solution obtenue

Vinaigre+ produit vaisselle

Pour cette recette, vous aurez besoin de : 3 litres de vinaigre blanc, 100 grammes de sel, du liquide pour vaisselle ainsi qu’un flacon de pulvérisateur vide.

  • Mettre le sel dans le vaporisateur
  • Remplir le flacon au vinaigre blanc
  • Ajouter une noisette de liquide vaisselle

Il faut ici préciser un détail important. Le sel bien que produit naturel à la capacité de stériliser le sol. Il vaut donc mieux l’utiliser avec prudence et sur de petites surfaces. Privilégiez dans ce cas la pulvérisation par temps chaud.

Les limites d’utilisation du vinaigre blanc et  les précautions à prendre

Il existe des limites que vous rencontrerez dans l’utilisation du vinaigre blanc en tant que désherbant biologique. L’acidification du sol est une des premières difficultés à laquelle il faudra faire face. Le vinaigre blanc en effet est un produit bio dégradable mais il présente un fort taux d’acidification du sol. De fait, son usage régulier n’est pas sans conséquence pour la vie microbiologique. Utiliser avec du sel, il renforce aussi la stérilisation du sol. Confronté à cette contrainte, nous ne saurions que trop vous conseiller d’en faire usage avec parcimonie. Tel que dit plus haut dans cet article, évitez aussi de l’utiliser à fréquence régulière sur des surfaces destinées à la culture. Vous pourriez ainsi acidifier et stériliser le sol de votre potager. En d’autres termes, s’il est vrai que le vinaigre blanc n’est pas un produit cancérigène pour l’homme, son application régulière peut se révéler désastreuse pour la vie du sol. Notre conseil est de ne pas en abuser de peur de créer des dommages à la vie microbiologique. Devant de grands espaces à désherber comme mille mètres carrés de cour par exemple, il peut s’avérer plus facile de choisir des désherbants systémiques. Mais les conséquences sur l’environnement et pour l’homme sont extrêmement dangereuses. Dans le même temps, un désherbage au vinaigre blanc peu se montrer fort contraignant. Surtout si les adventices à traiter sont de l’ordre des plus robustes. Le choix dans ce cas est lié à votre sensibilité écologique. Il vaut mieux à notre sens désherber au vinaigre même si cela est contraignant que de polluer votre environnement à l’aide de pesticides systémiques.

Quels sont ses avantages?

En plus d’être écologique, le vinaigre blanc est économique. Il ne coûte que quelques euros et sa fabrication est facile. De plus, avec seulement 1 litre de solution, vous pouvez traiter entre 7 et 10 m2 de mauvaise herbe. Comparer le prix auquel vous revient une campagne de désherbage à base de vinaigre blanc à ce que coûtent dans le commerce les pesticides systémiques. Votre choix devrait se faire sans hésiter.

differents types de vinaigres
Les avantages du vinaigre blanc

Le vinaigre blanc ne possède pas seulement des propriétés herbicides. Il est également utile à bien d’autres tâches. Il est peut être à la fois un détartrant, un désinfectant ou encore un désodorisant. Il sert par exemple à dissoudre le calcaire. Il est redoutable pour éliminer la graisse et par conséquent il sert à faire briller la vaisselle et lustrer les miroirs. Grâce à son action antimicrobienne, il remplace valablement l’eau de javel. Il sert à prendre soin des canalisations. Il évite la remontée d’odeur désagréables et entretien la tuyauterie lorsqu’il est régulièrement répandu dans votre évier. En cas de taches persistantes sur vos tissus, il vient également en aide pour un traitement efficace et aide aussi à enlever les odeurs tenaces comme celles de la transpiration.

Il a également sa place dans votre boîte à pharmacie car il sert tout aussi à apaiser les piqûres d’insectes. Il fait briller les cheveux et adoucit le linge. En un mot, le vinaigre blanc est à la limite d’un produit miracle.

Toutefois il est intéressant de connaitre quelques autres méthodes de désherbage biologique. Nous vous présentons ici quelques-uns qui sauront venir en appui au vinaigre blanc en cas de nécessité.

Quelques méthodes de désherbage alternatives

  • Le choc thermique de l’eau bouillante : le désherbage à l’eau bouillante est une vieille recette bien connue. Il s’agit tout simplement d’appliquer aux mauvaises herbes une bonne dose d’eau bouillante supérieure à 125°C. La chaleur de l’eau  va créer chez la plante choc thermique. Il s’en suivra un éclatement des cellules des végétaux. Les parties aériennes qui reçoivent la vague de chaleur meurent en premier sous un ou deux jours. Ensuite le reste de la plante disparaîtra sous le choc thermique ressenti.
  • Le purin d’ortie pur : Les feuilles d’ortie sont efficaces comme insecticide, engrais et désherbant. Leurs propriétés insecticides, fertilisantes ou herbicides dépendent surtout du degré de concentration du purin. Pour qu’il serve comme herbicide naturel, il faut dans un récipient de 10 litres, ajouter 1,5 kg de feuilles d’ortie sans graines. Le tout doit être laissé macérer pendant 10 jours. Au passage il faut préciser que l’odeur n’est pas très agréable. Vaporiser le mélange obtenu sans dilution. Il agit alors comme un désherbant efficace.
  • La farine de gluten de maïs : Le maïs est une plante aux mille et une ressources. Il présente des propriétés herbicides extraordinaires qui ne furent découvertes qu’en 1986 par le Professeur américain Nick Christians de l’université de l’Iowa. La farine de gluten se présente sous forme de fine poudre jaune ou de petites boulettes. Il sert à lutter contre la digitaire astringente et le pissenlit. Sous son action, la germination du rumex, la renouée des oiseaux, le chénopode, l’amarante et le plantain est réduite. Il faut préciser que la farine de gluten de maïs ne tue pas les plantes mais les empêche de pousser en ralentissant leur germination.
  • Le bicarbonate de soude : Comme le vinaigre blanc, le bicarbonate est lui aussi un excellent substitut aux pesticides chimiques qui sont potentiellement cancérigènes. Il a bien plus d’atouts que de faiblesses. Substance issue de minéraux et vendus sous forme de poudre blanche ou légèrement granuleuse, le bicarbonate de soude a déjà de grands succès dans l’agriculture biologique. Il s’utilise comme herbicide sous deux formes.  Une ou deux fois par an, vous pouvez verser directement le produit sur les endroits à désherber. Vous pouvez également procéder par dilution. Pour 1 lire d’eau bouillante (de préférence) au-delà de 125°C, prenez 70 grammes de bicarbonate. Toutefois, quelle que soit la méthode pour laquelle vous optez, veillez à respecter le dosage de 20 g pour une 1 m 2.
  • La vieille méthode du sarclage : Pour éliminer les herbes nuisibles de votre jardin, le sacrale reste une arme redoutable. Il vous faudra pour ce faire, vous munir  d’un sarcloir et d’une binette. Le premier outil (le sarcloir) vous permet avec sa lame fixe ou oscillante de sélectionner les plantules à leur base. Avec la binette, vous pouvez déraciner les herbes qui ont eu le temps de s’enraciner. Plus fréquemment vous ferez cet exercice, moins vous aurez d’herbes  indésirables à déraciner de votre jardin.

Pour terminer, le vinaigre blanc est un désherbant bio qui peut être utilisé utile si il est utilisé dans les meilleures conditions. Toutefois, n’oubliez pas que le vinaigre blanc est une forme dilluée de l’acide et qu’il ne faut pas en abuser sur toutes les surfaces.