Symptômes et traitement de l’arthrose chez les seniors

Maladie des articulations qui fait suite à une dégénérescence du cartilage articulaire, l’arthrose est l’une des principales causes de perte d’autonomie chez les seniors. Il s’agit même de la maladie articulaire la plus répandue et elle touche près de 8 personnes âgées sur 10. Quels sont les symptômes qui caractérisent cette maladie ? Quels sont les traitements et comment peut-on la prévenir ? On vous en dit plus sur l’arthrose dans la suite de cet article.

Qu’est ce que l’arthrose?

Encore appelée arthropathie chronique dégénérative ou ostéo-arthrite, l’arthrose est une maladie qui se manifeste par l’usure du cartilage articulaire. Ce qui peut provoquer des douleurs, l’enraidissement et la déformation de l’articulation. Et c’est la raison pour laquelle on propose en traitement des complémentaires alimentaires de curcuma, par exemple, pour profiter des bienfaits de la curcumine.

poudre de curcuma
A cause de la curcumine, les compléments alimentaires en curcuma sont très recommandés pour l’arthrose

Pour mieux comprendre, vous devez savoir que le cartilage est une pièce maîtresse, puisqu’elle sert de protection à l’extrémité des os, facilite leurs mouvements et joue le rôle d’amortisseur. Son action est soutenue par la membrane synoviale. Cette dernière sécrète un liquide qui, à l’image d’un lubrifiant, aide les surfaces osseuses à glisser les unes sur les autres tout limitant les frottements.

Or avec l’âge ou à cause d’une maladie congénitale, le cartilage peut s’user et disparaître à la longue. Les os étant désormais sans protection et leurs surfaces seront régulièrement attaquées. Leur reconstruction se fera, mais de façon anormale avec la formation de petits becs osseux. Il s’agit des ostéophytes qui vont être le point de départ d’une inflammation. Ce sera ensuite au tour des ligaments et des tendons d’être attaqués. Conséquence, l’articulation gonfle rendant les mouvements de plus en plus douloureux.

Même si l’arthrose est une maladie qui survient habituellement après 45 ans puis évolue exponentiellement avec l’âge, il faut souligner qu’elle peut également survenir jeune. La cause dans ce cas peut être un traumatisme et la fragilité d’une articulation ou une forte sollicitation de celle-ci. Cela s’observe notamment chez les sportifs de haut niveau. Enfin, ajoutons que les articulations les plus touchées sont les mains, les poignets, les hanches, les genoux et dans certains cas la colonne vertébrale ainsi que les doigts.

Les principales causes

Il y a plusieurs causes possibles qui peuvent être à l’origine d’une arthrose chez certaines personnes. Selon les spécialistes, il y aurait un lien avec le surpoids ou l’obésité pour ce qui est des arthroses au niveau de la hanche et des genoux en particulier. Parmi les autres facteurs de risque, on peut également citer :

  • la génétique ou le facteur héréditaire
  • les traumatismes répétés au niveau des articulations
  • la lordose : une anomalie de position de l’articulation qui peut nuire à la dynamique de celle-ci et être, sur le moyen ou le long terme, à l’origine d’une arthrose
  • une inflammation dans l’arthrite
  • le manque d’activités physiques
  • le rhumatisme
  • la ménopause, puisqu’elle provoque des changements d’ordre métabolique au niveau des tissus articulaires et périarticulaires
  • certains métiers.

À ce propos, il faut souligner qu’on distingue deux grandes catégories d’arthrose : primaire et secondaire. L’arthrose primaire est fréquente chez les personnes qui n’ont pas de maladies ou de prédispositions. Tandis que l’arthrose secondaire s’observe plus chez les personnes ayant déjà une maladie des articulations.

Quels sont les principaux symptômes de l’arthrose?

Tout d’abord, l’arthrose est une maladie qui évolue de manière variable d’un sujet à un autre. Si dans certains cas, elle se développe lentement sur plusieurs années, l’évolution peut parfois se faire en 1 ou 2 ans. En ce qui concerne les symptômes aussi, ils peuvent varier selon les individus et en fonction de l’articulation qui est touchée.

Toutefois, certains symptômes s’observent assez régulièrement et doivent tirer la sonnette d’alarme. Il s’agit notamment des douleurs dans l’articulation qui surviennent après avoir effectué un mouvement, de la sensibilité de l’articulation à la pression ou de la sensation de craquements. En dehors de ces symptômes, une arthrose peut se manifester par :

  • l’apparition d’une forme d’excroissance osseuse
  • une raideur et un manque de souplesse dans la flexibilité de l’articulation, particulièrement en période d’immobilité ou au réveil
  • une gêne dans la souplesse de l’articulation lorsqu’il y a des changements de température
  • des grosseurs et des gonflements
  • une inflammation dans de rares cas, etc.

C’est à partir de la description de ces symptômes que le médecin peut diagnostiquer l’arthrose chez un patient. Ensuite, il sera question de faire une radiographie de l’articulation afin de confirmer en vérifiant s’il y a diminution de la quantité du cartilage.

Prévenir et traiter l’arthrose

Comme indiqué un peu plus haut, le développement de l’arthrose est favorisé par certains facteurs de risque. Ceux-ci ainsi que d’autres causes peuvent être limités pour prévenir la maladie. Les spécialistes recommandent surtout d’avoir une bonne hygiène de vie, d’éviter l’excès de poids, de pratiquer une activité physique et de traiter les maladies prédisposant à l’arthrose.

En ce qui concerne les traitements, il faut souligner que le terme, dans le cas de cette maladie, s’applique beaucoup à la douleur qu’elle engendre. Par contre, les dégâts provoqués sont irréversibles. Pour soulager les douleurs et ralentir l’évolution de la maladie, on peut avoir recours à des traitements médicaux et/ou à des traitements naturels.

Commençons par les traitements médicaux. En effet, dès que le diagnostic est confirmé le médecin aura à prescrire des antalgiques comme le paracétamol et des anti-inflammatoires. Ces médicaments ont pour rôle d’aider le patient à mieux gérer les crises inflammatoires. Dans les cas où la douleur est trop forte et insupportable, le médecin peut alors faire une injection intra-articulaire. Ce n’est qu’en derniers recours qu’on envisage la chirurgie afin de mettre une prothèse pour remplacer l’articulation endommagée. Et s’il est encore possible de conserver l’articulation, l’opération aura plutôt pour objectif de corriger les déformations.

Sous le terme « traitements naturels », on regroupe notamment la kinésithérapie et la phytothérapie. La première est en quelque sorte une rééducation pour renforcer l’articulation et aider à ralentir la maladie. Le spécialiste va recommander au patient quelques exercices qu’il pourra pratiquer chez lui. C’est un traitement très conseillé, puisque sans activité physique, la maladie pourra se développer beaucoup plus rapidement. Toutefois, il ne sera pas question de trop forcer au niveau des exercices.

En phytothérapie, des plantes comme l’ortie, l’arnica ou le cassis… sont conseillées pour soulager les douleurs. En complément ou en traitement d’attaque, la médecine douce (acupuncture, réflexologie plantaire) est considérée comme étant une bonne alternative aux médicaments. Cela permet notamment d’éviter les surdoses et autres effets secondaires indésirables.