Skateboard volant : le skate futuriste qui ne touche plus le sol

Du passage de la fiction à la réalité, le skateboard volant est le résultat de plusieurs années de travail. Il a fallu pratiquement trois décennies pour rendre réelle, une conception qui était déjà présentée en fiction au cinéma. Cette anticipation du futur présentée ainsi a servi de socle aux réflexions des chercheurs de ce siècle. Aujourd’hui, on peut compter plusieurs skateboards volants. Malgré le fait qu’ils aient quelques limites, ce sont déjà des progrès scientifiques à saluer. Toutefois, il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin en ce qui concerne les améliorations à apporter à ces projets d’hoverboard.

En amont, voici dans cet article ce qu’il faut savoir sur l’histoire des skateboards volants en général. De manière plus spécifique, il est également présenté ici le Magsurf et le Hendo Over. Ce sont là, deux types de skateboards volants à découvrir absolument.

Le skateboard, de sa définition à son histoire

Si l’on doit s’en tenir à ses origines, l’hoverboard est une pure fiction. C’est un objet qui fait une anticipation futuriste au cinéma, d’une trottinette évoluée. Cette dernière n’avait alors pas de roues, mais pouvait néanmoins permettre de se déplacer. Planer au-dessus du sol par lévitation ou par sustentation électromagnétique, c’est à cela que l’hoverboard s’identifiait dans cette conception fictive.

Pour en venir à son aspect réel, il faut dire qu’une œuvre de création peut en inspirer une autre. C’est par le biais du skateboard que cette vérité se confirme amplement. En réalité, l’initiative de sa conception est partie des films « Retour vers le Futur II et III ». Il est présenté dans ces œuvres cinématographiques, le hoverboard volant. Planant à quelques centimètres au-dessus du sol, le skateboard était alors manipulé par Michael J. Fox. Ce célèbre acteur incarnait alors le rôle de Marty McFly. Ce film du réalisateur Robert Zemeckis est sorti en 1989 et il annonçait déjà une réalité de 2015. Dans cette réalité, les roulettes céderont leur place à la lévitation. C’est effectivement en 2015 que le premier Skateboard volant réel est né avec la lévitation en lieu et place des roulettes.

Pour parvenir à ce rêve qui relevait beaucoup plus de l’utopie, que de la réalité, il a fallu plusieurs sacrifices. Des chercheurs et une génération entière de spécialistes en électronique, informatique et physique se sont mis à la tâche pour la réalisation de ce fantasme. Il faut dire que l’acharnement a porté des fruits puisqu’aujourd’hui, l’histoire des skateboards retient quand même les noms que sont : le Magsurf et l’Hendo Over. Loin d’être des noms de concepteurs, ce sont là, des conceptions de skateboard volant.

Le skateboard Magsurf

Paris-Diderot Vincent Berger, c’est le nom de l’université qui a vu naître le Magsurf. Plus précisément, cet appareil est sorti du laboratoire Matériaux et Phénomènes quantiques de cette université. Il s’agit d’un produit breveté, et qui relève du domaine de la physique quantique. Cette innovation fut une toute première dans l’univers de la lévitation. Sa particularité, c’est la lévitation humaine. Il est équipé d’un réservoir d’une capacité de 4 litres. Pour faire fonctionner l’appareil, il faut le remplir. Cela étant fait, il peut alors porter sur une courte distance (5 mètres environ), un poids allant jusqu’à 90 kg. Avec ce poids, le Magsurf survolera à 3 cm au-dessus du sol. L’avantage, c’est qu’il n’y a aucun risque qu’un frottement ait lieu.

Pour son utilité, le Magsurf est l’équipement qui s’adapte parfaitement aux parcs d’attractions. À force de l’expérimenter, vous pouvez alors obtenir un certificat de lévitation supraconductrice.

Magsurf est certes un projet de skateboard utile, mais il n’est pas accompli. Sa principale limite, c’est qu’il ne fonctionne qu’après avoir été refroidi à -200°. Pour ce faire, il faut de l’azote liquide. Il s’agit là d’une contrainte qui pourrait diminuer l’ardeur de son potentiel utilisateur. Toutefois, en considération de ses avantages, le Magsurf mérite bien le sacrifice.

En réalité, c’est la supraconductivité qui assure sa lévitation. Si cette contrainte liée au refroidissement de l’objet pouvait être levée, le Magsurf serait un skateboard volant parfait. Il fonctionnera alors à une température ambiante. Il faut espérer que les progrès scientifiques parviendront à relever ce défi assez tôt. D’ailleurs, le projet porte la signature de plusieurs experts du domaine qui ont révélé à la face du monde, le Magsurf.

Le skateboard Hendo Over

Toujours sur inspiration du film Retour vers le futur II et III, d’autres têtes bien pensantes se sont mises en marche pour la construction d’un autre skateboard volant. Ils ont pour nom, Greg Henderson et Jill Henderson. Réunis sous le label de l’entreprise Arx Pax, ces chercheurs ont utilisé le phénomène de physique déjà connu et ils y ont ajouté de leur touche experte pour donner vie au Hendo Over. Lorsque les conditions sont réunies, le skateboard volant peut planer jusqu’à 2 cm au-dessus du sol. Le poids maximal qu’il peut supporter est de 130 kg.

Pour s’intéresser à son fonctionnement, il faut simplement dire que le Hendo Over utilise la lévitation par magnétisme. Ce projet d’hoverboard est rendu fonctionnel grâce aux quatre moteurs circulaires qui l’équipent. Ce sont en réalité, ces supports qui permettent de soulever l’équipement du sol pour qu’il puisse planer.

Cependant, comme le Magsurf, le Hendo Over est également confronté à beaucoup de limites. Entre autres, on peut citer :

  • il ne fonctionne que si le sol est recouvert de métal,
  • il est très peu maniable,
  • et il est bruyant.

Il faut dire que le métal qui permet au Hendo Over de fonctionner peut être de l’aluminium ou du cuivre. Il n’est donc pas possible d’utiliser cet équipement sur un trottoir. Pour parler de son caractère encombrant, il faut dire que tout n’est pas négatif face à ce fait puisque cette technologie est bien utile pour les trains et les voitures. Généralement, ce sont les véhicules de plus grande taille qui restent favorables à cette technologie.

Toutefois, en dépit de ses limites, il faut mettre à l’avantage du Hendo Over l’intérêt que lui a porté Tony Hawk, la légende du skateboard. Il l’a essayé avant même que sa version définitive ne soit produite. C’est d’ailleurs ce qui a contribué à la popularité du skateboard. Ses dix modèles réservés valant chacun 8 000 euros ont tous eu preneurs avant même la livraison de la version définitive. Plus tard, le Hendo Over servira au Japon pour le fonctionnement d’un train à très grande vitesse. La locomotive était destinée à relier Tokyo au centre du pays (Nagoya). Sa vitesse maximale est de 500 km/heure.

Voilà qui devrait vous laisser mieux renseigné sur le sujet des hoverboards volants, en attendant de pouvoir les tester par vous-même.