CBD : d’une molécule controversée à un remède naturel contre l’insomnie ?

homme qui dort

Les Français n’ont jamais aussi peu dormi. En cause : la lumière bleue des écrans, mais aussi et surtout le stress et l’anxiété. Connu pour ses propriétés relaxantes et antalgiques, le cannabidiol ou CBD fait l’objet d’un engouement sans précédent de la part de la communauté scientifique.

Le sommeil des Français au plus bas depuis plus d’un demi-siècle

Sur les 50 dernières années, les Français ont perdu près d’une heure et demie de sommeil par nuit. C’est le constat alarmant que fait le baromètre de Santé publique France. Dans le détail, les adultes dorment environ 6 heures et 32 minutes chaque nuit, soit largement moins que les recommandations des professionnels de santé qui estiment la fourchette physiologique entre 7 et 8 heures de sommeil par nuit. Selon une étude réalisée par l’IFOP, 7 Français sur 10 déclarent avoir un problème de sommeil.

En cause notamment :

  • les écrans des appareils digitaux et la fameuse lumière bleue
  • le stress chronique
  • l’anxiété
  • les dérèglements du rythme circadien en hiver.

Cette baisse de la quantité et de la qualité du sommeil s’impose comme un véritable problème de santé publique, dans la mesure où elle augmente les risques de troubles de l’humeur, de tension, de maladies cardiaques et de diabète.

Le CBD, un allié pour trouver le sommeil sans somnifères ?

Connu pour ses propriétés anti-inflammatoires, antalgiques et relaxantes, le cannabidiol ou CBD suscite l’intérêt de la communauté des chercheurs spécialisés dans la thématique du sommeil.

Une étude réalisée sur 103 patients adultes souffrant de problèmes de sommeil liés à des épisodes de stress et d’anxiété a tenté de quantifier l’action du CBD. Résultat : les scores d’anxiété ont baissé de manière substantielle chez 79,2 % des patients et sont restés bas même après l’arrêt de la consommation de CBD. Aussi, le score de sommeil s’est amélioré chez 66,7 % des patients pendant le premier mois, mais il s’est avéré beaucoup plus volatile que le score d’anxiété. Sur les 103 patients supplémentés au CBD, seuls trois ont montré des signes d’intolérance (bénins) à la molécule.

Tous les signaux convergent vers un effet calmant du CBD sur le système nerveux central

peut-on lire dans le rapport d’étude que vous pouvez consulter ici en intégralité.

Un autre travail de recherche démontre que les produits à base de CBD peuvent aider les patients souffrant de troubles du sommeil en réduisant la fréquence des épisodes d’insomnie, en soulageant le trouble du comportement en sommeil paradoxal (verbalisation, spasmes et mouvements brusques) et en limitant les troubles liés à la somnolence diurne excessive (ou hypersomnie).

Malgré ces résultats encourageants, il faut noter que la recherche sur les effets du CBD sur la qualité du sommeil en est encore à ses premiers balbutiements. Des travaux complémentaires doivent encore être menés pour mieux appréhender l’action du CBD sur le système nerveux central.

Le CBD est-il légal en France ?

Le cannabidiol est une molécule non psychotrope et non addictive extraite du chanvre industriel. En France, les produits à base de CBD qui affichent une concentration en THC inférieure à 0,3 % sont autorisés à la commercialisation. On les retrouve essentiellement dans des magasins physiques spécialisés, des boutiques en ligne comme Pro 4 You CBD et même des enseignes de proximité comme Monoprix qui a récemment lancé un espace « CBD » dans ses rayons « parapharmacie » et « beauté ».

Le potentiel thérapeutique du CBD fait d’ailleurs l’objet d’une grande expérimentation sous la tutelle du ministère des Solidarités et de la Santé. En effet, Olivier Véran a donné le coup d’envoi d’une campagne de grande envergure le 26 mars 2021, assistant à la toute première prescription de CBD médical à un patient souffrant d’épilepsie au CHU de Clermont-Ferrand.

On peut considérer que c’est un jour important pour l’histoire de la médecine en France, puisque notre pays commence aujourd’hui à reconnaître, dans le cadre d’un protocole thérapeutique, le cannabis comme étant un membre à part entière de la pharmacopée française

avait-il déclaré.

Bien que prudente, la position de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) souligne que le CBD « ne présente pas d’effets nocifs pour la santé publique ». Une position qui semble prévaloir chez les membres du Conseil d’Etat, puisque l’institution a suspendu le 24 janvier 2022 l’arrêté ministériel interdisant la commercialisation des feuilles et fleurs de cannabidiol sur le territoire français. Le juge des référés rappelle

qu’il n’apparaît pas, au terme de l’instruction contradictoire et des échanges qui ont eu lieu lors de l’audience publique, que les fleurs et feuilles de cannabis sativa L. dont la teneur en THC est inférieure à 0,3 % présenteraient un degré de nocivité pour la santé justifiant une mesure d’interdiction totale et absolue.